Actualité

Conjoncture, croissance et rentabilité, idoles de la religion planétaire masquée

Une mise en scène de "Faust" par Robert Wilson

Une mise en scène de « Faust » par Robert Wilson

 

« … la propension à traiter la production et l’échange marchand comme des phénomènes naturels existant en soi ne cesse de progresser dans les proclamations du capitalisme tardif. Des généralités abstraites comme la conjoncture, la croissance ou le seuil de rentabilité peuvent bien avoir acquis le statut d’entités intentionnelles indépendantes, il est néanmoins difficile à ceux qui en subissent les effets de croire pleinement et à tout moment que ce sont ces choses qui, par elles-mêmes, gouvernent le destin de milliards d’humains, et non ceux qui s’en font les oracles intéressés. »

Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard 2005

 

Dans beaucoup de sociétés traditionnelles, il n’existe pas d’apartheid dans le règne du vivant, de séparation entre l’humain, l’animal, le végétal. Le monde contemporain, notamment à partir des religions issues de la Bible, coupe l’homme du reste du vivant, qu’il est censé dominer. Or, si nous traitons de plus en plus les êtres du monde naturel (dont nous faisons pourtant partie) en objets inanimés seulement bons à être exploités, c’est d’une part que nous procédons de la même façon entre humains, les uns exploitant, pillant et détruisant les autres, d’autre part que les dominants sont sous la coupe d’une divinité qu’ils ont forgée, le profit, à qui ils ont donné tout pouvoir de gouverner leur existence, comme si elle était dotée d’une âme, la leur peut-être, qu’ils leur ont vendue.

 

Mots-clefs :

A propos de Alina Reyes

écrivain

Les commentaires sont fermés.

livre roles des services em... |
PAKOUSSO FOOT |
Psychomagazine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecolenormaledinstitutricesd...
| colineetlili
| "ETHIQUE ET PROGRES"